dimanche, 30 novembre 2014 00:00

Akumajô Dracula [Super Castlevania IV] - [PlayerOne]

Écrit par Crevette (Cyril Drevet)
Évaluer cet élément
(0 Votes)
© Player One 1992 © Player One 1992 © 2014 SuperFamicom.fr

Associer la richesse des Castlevania à la puissance de la Super Nintendo... Konami ne pouvait faire un meilleur cadeau

La mirifique carrière de la saga des Castlevania n'est pas encore terminée. On peut même dire mieux, elle rebondit vers des sommets qui semblaient inaccessibles. Il faut dire qu'au bout de trois sublimes épisodes sur NES, on aurait pu craindre que la monotonie ne vienne rompre une aventure si glorieuse. C'était sans compter sur l'arrivée de la Super N., et de toutes les possibilités nouvelles qu'elle offre aux créateurs. C'était sans compter, non plus, sur le génie des concepteurs de chez Konami. Le résultat de ce mariage réussi est, donc, une pure merveille qui prouve, s'il en était besoin, le réel plus qu'apporte une console 16 bits. Découvrons cela... Et sus aux vampires!

{mp3remote}http://z.superfamicom.fr/shvc-mp3/SHVC-AD_Theme_of_Simon.mp3{/mp3remote}

PlayerOne23 SHVC-AD 00 PlayerOne23 SHVC-AD 01
   
PlayerOne23 SHVC-AD 02
 

 

VAMPIRE KILLER
Les petits bridés malins de chez Konami ont trouvé une astuce pour le scénario, qui se doit d'être saluée! En effet, on y apprend que tous les cent ans, les forces du mal reprennent le dessus sur le bien, et viennent troubler la douce paix des pauvres terriens. Avec une telle trame de base, ils peuvent faire autant de suites qu'ils veulent, sans que cela nuise à l'histoire a origine. On applaudit l'exploit ! Donc, comme d'habitude, les forces du mal réveillent leur meilleur ambassadeur :j ai nommé Dracula. Seule la famille Belmond lutte depuis des lustres, de génération en génération, contre cette,calamité. Cette fois-ci, c'est Simon, le dernier rejeton de la famille, qui va devoir se battre pour sauver la contrée du démon. Avec lui, vous allez vivre des aventures que vous n êtes pas prêt d'oublier...

PlayerOne23 SHVC-AD 03
 
 

CASTLE OF ILLUSIONS
Dès que l'on allume Castlevania IV,, on est accueilli par une présentation à glacer le sang. D'ailleurs, pour l'anecdote, nous héritons (comme pour la plupart des jeux) de la version américaine de Castlevania IV. Or, pour des raisons de puritanisme exacerbé, les Ricains ont supprimé les gouttes de sang qui agrémentaient la présentation japonaise. On ne peut que le regretter, car cela nuit fortement à l'ambiance glauque d'origine. Après ce petit détail, il est temps d'attaquer le jeu. La page de garde qui vous accueille propose trois choix importants. Le premier commence une partie. Le deuxieme offre la possibilité de rentrer son password, ce qui permet d'abandonner une partie en cours, et de reprendre plus tard au même endroit. Et le dernier n'est autre que le menu d'options, qui se révèle fort intéressant puisqu'il intègre un éditeur de son (pour ceux qui ne sauraient pas de quoi il retourne, je précise que cette option geniale permet d écouter peinard, une à une, toutes les bandes musicales et les effets sonores du jeu). Et comme les musiques de Castlevania IV sont parmi les plus fabuleuses jamais conçues sur un jeu vidéo, on finit par s'en servir comme d'un véritable juke-box.

PlayerOne23 SHVC-AD 04
 

 

«ET LE FOUET ÇA SERAAA... POUR ERIC ET NOËLLAAAAA » !
Mais, après cette extase sonore, il est temps de s'en prendre plein la tête en s'attaquant au jeu lui-même. Là, c'est plus de douze niveaux effrayants qui vous attendent. Et pour s'en sortir, il faudra apprendre à maîtriser un fidèle compagnon :le fouet (les habitués des versions NES ne seront pas dépaysés !). Mais la puissance de la Super Nintendo lui apporte quelques améliorations qui ne sont pas piquées des vers. Pour commencer, et c'est la plus grande nouveauté, il est complètement flexible. Il suffit d'appuyer sur le bouton de tir, et de tripoter la croix endroits du décor, permettent de s'y accrocher (pendus au bout du fouet), et de se- balancer au-dessus du vide pour atteindre une plate-forme isolée...

PlayerOne23 SHVC-AD 05
 

Jouabilité maximale! Mais le fouet que l'on touche en début de partie est faible, c'est en ramassant des options que l'on augmente sa puissance. Il se transforme en acier, puis gagne en longueur. Plus il est puissant, moins il faut de coups pour détruire les ennemis. En ce qui concerne les bonus, on les trouve dans des bougies qui sont pendues au mur. Un coup de fouet, et elles laissent tomber une option. En règle générale, on y trouve des petits cœurs, qui s'additionnent en haut de l'écran. Ils correspondent au nombre d'armes spéciales que vous pourrez utiliser. Celles-ci sont du type hache, shuriken ou dague. On les trouve aussi, par hasard, dans les bougies. Sinon, le reste est classique puisqu'il s'agit de 1Up.

PlayerOne23 SHVC-AD 06
La Galerie des Monstres!
PlayerOne23 SHVC-AD 07
 

MORE FUN, « MORT » ACTION!
Ainsi équipé, Simon va parcourir des mondes étranges et effrayants. Une grande part de cette ambiance sinistre est due aux graphismes, très particuliers, assez sombres, composés d'une multitude de petites touches de couleur traitées en mini- dégradés... Impressionnants. La musique y est aussi pour beaucoup et, pour finir, ce sont les ennemis qui achèvent le topo, il faut dire qu'ils sont particulièrement variés et étonnants. Des zombies, des personnages de la mythologies, des mains animées, des bêtes mutantes : il y a de quoi monter une véritable ménagerie de cauchemar. Et il ne faut pas compter sur les boss de fin de niveau pour vous rassurer, car ils sont encore plus sataniques... Si l'on ajoute que le jeu compte un nombre assez copieux de pièges en tout genre (trappes,pieux,effondrements...), et que si l'on cherche bien, on trouve un grand nombre d'options ou de salles cachées, il n'y a pas besoin d'être prophète pour comprendre que l'on va passer un sacré bon moment sur Castlevania IV.

PlayerOne23 SHVC-AD 08 PlayerOne23 SHVC-AD 09
   

UN AUTRE ,FFFFFFH, BIS, OUAIIIIIIS
Si l'on fait le bilan général de ce premier jeu de Konami sur la Super Nintendo française, on ne peut que s'extasier. Alors, certes, le niveau de difficulté n'est pas très élevé, mais Castlevania IV est tellement beau, les musiques sont si fabuleuses, et il est si agréable à jouer (de plus s'il n'est pas très difficile, les niveaux sont suffisamment longs pour vous tenir en haleine un sacré bout de temps), que l'on ne peut que dire bravo à Konami, et attendre que sortent toutes les autres merveilles (Super Contra 3, ,The legend of the Mystical Ninja,Tortues 4) qu'ils ont préparées sur la Super NES...

PlayerOne23 SHVC-AD 10 PlayerOne23 SHVC-AD 11
   

Crevette, qui n'a plus peur dans le noir!

EN RESUME
SUPER CASTLEVANIA IV
Console : SUPER N.
Genre : plates-formes
Graphisme : 92 %
Animation : 94 %
Son : 96 %
jouabilité:92%
Difficulté: 60%
Durée de vie : 89 %
Player Fun: 94%

Informations supplémentaires

  • Magazine: Player One
  • Numéro: Numéro 23
  • Date: mardi, 01 septembre 1992
  • Auteur: Crevette (Cyril DREVET)
Lu 5384 fois Dernière modification le dimanche, 30 novembre 2014 11:46
Plus dans cette catégorie : « F-Zero [PlayerOne]

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.