dimanche, 28 septembre 2008 02:00

Jikkyô Oshaberi Parodius

Écrit par Kékidi
Évaluer cet élément
(1 Vote)
[japanese_title]_jikkiyou_oshaberi_parodius.png
 
header_SHVC-AJOJ.png

Jikkyô Oshaberi Parodius

Bienvenue dans le monde complètement dingue de Parodius. Cet univers merveilleux tout droit sorti d'un rêve ne subit pas les mêmes lois que dans la réalité, ni la même logique. En fait ce shoot them up est perpétuellement en plein délire, bourré de surprises et estampillé d'une bonne dose d'humour.

{flvremote}http://z.superfamicom.fr/shvc-flv/shvc-ajoj_intro.flv{/flvremote}


Jikkyou_Oshaberi_Parodius_010.png
Jikkyou_Oshaberi_Parodius_011.png
Jikkyou_Oshaberi_Parodius_012.png Jikkyou_Oshaberi_Parodius_013.png
Le Jeu
Parodius parodie les succès de Konami et ceux d'autres compagnies. Cette série reprend notamment l'architecture des niveaux de Gradius mais avec un style graphique totalement différent. Il faut oublier l'ambiance science-fiction, froide et angoissante, au profit d'une atmosphère joyeusement loufoque. D'abord le jeu éblouit par ses mille couleurs et ensuite les détails comiques pullulent. Dès le premier stage, vous le comprenez rapidement en évoluant dans une boîte de nuit à l'hymne du disco. Au rythme d'une reprise légèrement délurée du tube « That's the way (I like it) », vous cassez du pingouin D.J., tandis que des autres agitent leur popotin. Vous voilà transporté en pleine fièvre du samedi soir. Le clou du spectacle survient lorsque le boss apparaît. Un panda en tenue hawaïenne danse et chante d'une manière tout à fait ridicule. Hilarant ! Le prochain level va encore plus loin dans le délire. Peut-être même à la limite du mauvais goût à cause de l'emploi de blagues au-dessous de la ceinture qui risquent de devenir outrancières pour les plus jeunes.

Jikkyou_Oshaberi_Parodius_020.png
Jikkyou_Oshaberi_Parodius_021.png
Jikkyou_Oshaberi_Parodius_022.png Jikkyou_Oshaberi_Parodius_023.png
Le GamePlay
Bien que les Parodius se prennent sous le ton de la rigolade, ils n'en demeurent pas moins des Gradius. La difficulté donne beaucoup de fil à retordre et retiendra même les joueurs expérimentés. Ce troisième volet semble plus dur que le second, mais la difficulté dépend grandement du vaisseau choisi. Ainsi, si le jeu ne se laisse pas aisément apprivoiser avec le Vic Viper, il devient nettement plus facile avec le chat Ran qui possède des lasers autoguidés d'une efficacité redoutable. Avec les 16 personnages disponibles, quiconque trouvera forcément le style d'attaque qui lui convient. D'autant plus que la variété des protagonistes a de quoi surprendre. Il y a des fées, des bébés, des avions en papier, des pieuvres, des chats, des pingouins ou des engins mécaniques. Tout ce beau monde, si hétéroclite soit-il, récolte les mêmes bonus. Il s'agit de pastilles dont l'amoncellement permet d'activer une amélioration désirée. Évidemment plus elle est puissante, plus elle demande de pastilles. S'ajoutent à ce système des cloches issues de la série Twinbee qui donnent des attaques spéciales. Difficiles à attraper, elles peuvent parfois vous sauver de situations périlleuses. Le jeu distille quantité de bonus, poussant de cette manière le joueur à être toujours en alerte.

Jikkyou_Oshaberi_Parodius_030.png Jikkyou_Oshaberi_Parodius_031.png
Jikkyou_Oshaberi_Parodius_032.png Jikkyou_Oshaberi_Parodius_033.png
La Réalisation
Graphismes = Superbes. Ce shoot them up figure parmi les plus colorés et pétillants de la Super Famicom. Il est réellement magnifique. Tous les niveaux présentent des arrière-plans superbes avec de multiples animations comiques, parfois tellement chargées que s'y repérer devient difficile. Néanmoins, avec tout ce remue-ménage, vous ne vous ennuierez jamais. Les boss restent aussi impressionnants et délirants que dans les épisodes précédents.
Son = Les musiques correspondent à des remix disco et d'anciens thèmes de Gradius qui s'inscrivent dans une ambiance totalement loufoque. De plus, une voix-off crie constamment des paroles en japonais. L'effet saisissant et bizarre peut cependant lasser à la longue.

Jikkyou_Oshaberi_Parodius_040.png
Jikkyou_Oshaberi_Parodius_041.png
Jikkyou_Oshaberi_Parodius_042.png Jikkyou_Oshaberi_Parodius_043.png

Animation = Le gros point noir ! Il semble que les développeurs aient poussé la console trop loin. Le jeu subit de lourds ralentissements du début à la fin. De surcroît des effacements de sprites nuisent à la visibilité.
Jouabilité = A cause d'une animation désastreuse, la jouabilité souffre. Les ralentissements rendent souvent service car ils permettent de bien négocier les passages délicats. Cependant, le jeu accélère inopinément et provoque de mauvaises surprises. Les quelques disparitions de sprites risquent de faire perdre injustement une vie au joueur.

Jikkyou_Oshaberi_Parodius_060.png Jikkyou_Oshaberi_Parodius_061.png
Jikkyou_Oshaberi_Parodius_062.png Jikkyou_Oshaberi_Parodius_063.png
Conclusion
La série Parodius ne se prend pas au sérieux, bien au contraire elle mise sur l'humour et la dérision. Ce dernier volet sur Super Famicom a un humour moins gentillet que dans les anciens épisodes, à vrai dire plus salace. Il ne se destine donc plus à tous les publics. Selon la sensibilité des personnes il risque de déplaire ou provoquer l'hilarité. Du point de vue technique, visuellement il est encore plus beau que ses ancêtres, musicalement il se défend bien, mais l'animation pose problème. Elle fait ressurgir les souvenirs désagréables de Gradius III. La maniabilité en souffre, mais pas autant qu'on pourrait le croire. A vrai dire, les ralentissements vous sauveront souvent la mise. Au niveau du plaisir, vous retrouvez les sensations d'un bon Gradius/Nemesis. Du bonheur en fait.

Jikkyou_Oshaberi_Parodius_070.png Jikkyou_Oshaberi_Parodius_071.png
Jikkyou_Oshaberi_Parodius_072.png Jikkyou_Oshaberi_Parodius_073.png

{xtypo_info}{mos_fb_discuss:1}{/xtypo_info}

実況おしゃべりパロヂィウス
SHVC-AJOJ_box-recto(256).png

Nom : Jikkyô Oshaberi Parodius

実況おしゃべりパロヂィウス

Code : SHVC-AJOJ

Editeur : Konami

Support : Cartouche

Date : 1995

Note :stars5.png
SHVC-AJOJ_box-verso(256).png
Lu 5409 fois Dernière modification le mardi, 30 septembre 2008 00:43

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.