dimanche, 31 août 2008 02:00

Super Star Wars - Teikoku no Gyakushû [Super The Empire Strikes Back]

Écrit par Kenseiden
Évaluer cet élément
(0 Votes)
[japanese_title]_super_star_wars_-_the_empire_strikes_back.png
header_SHVC-V9.png

Star Wars Episode 5
Beaucoup le considèrent comme le meilleur volet de la double trilogie de George Lucas, celui où les sentiments et les dilemmes des protagonistes prennent le pas sur l’étalage mégalo de bêbêtes galactiques farfelues. Sur Super Famicom, les différences entre les trois jeux d’action estampillés Star Wars se comptent sur les doigts d’une main, lieux visités mis à part. Tous trois avaient pour objectif d’être à la console ce que les films sont à l’histoire du cinéma : des incontournables et d’immortelles références. Il faut croire que pour une telle entreprise que la division jeux vidéo des entreprises de George Lucas avait les reins moins solides que la division cinéma. Jeu d’action / plates-formes au déroulement assez prévisible, Super Empire Strikes Back vous proposera d’incarner principalement Luke Skywalker dans une succession de niveaux terminés par un sempiternel boss de fin de niveau.

{flvremote}http://z.superfamicom.fr/shvc-flv/shvc-v9_intro.flv{/flvremote}

  • Testeur : Kenseiden
  • Parution Originale : EmuNova.net
  • ScreenShots : 65c816

Le Jeu
Devenu jedi depuis l’épisode précédent, Luke utilise principalement son sabre laser même s’il peut toujours tirer au pistolet et améliorer ses performances avec les deux power-ups qui s’y rattachent (le second dotant l’arme de projectiles à tête chercheuse bien pratiques). A l’instar du film, l’action se concentrera sur la planète Hoth pour commencer, avec une bonne dizaine de niveaux centrés sur ce monde polaire. Luke explorera les montagnes de Hoth à dos de taun-taun, combattra wampas et drones de reconnaissance dans les cavernes glaciaires et participera à la bataille aérienne en snowspeeder face aux AT-AT Walkers qui tentent de submerger la base Echo.

Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_01.png
Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_02.png
Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_03.png Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_04.png

La suite du jeu le mènera sur Dagobah et à Bespin, la cité des nuages. Dans certains de ces stages, il sera possible de jouer avec Han Solo ou Chewbacca, qui sont évidemment dépourvus de sabre laser mais qui compensent ce manque par des grenades pour Han et des capacités de combat au corps-à-corps pour Chewie. Tous les stages sans exception sont fidèles aux décors du film. Néanmoins, pour les besoins du gameplay, de nombreuses créatures et adversaires ont été inventés, histoire qu’on ne finisse pas par s’ennuyer à sabrer du stormtrooper à longueur de niveau. Vu la difficulté du soft, on appréciera le fait que chaque adversaire tué laisse derrière lui un petit cœur qui rechargera très légèrement la barre d’énergie.

Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_05.png Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_06.png
Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_07.png Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_08.png

Réalisation technique :
On retrouve malheureusement dans ce deuxième opus les qualités et les défauts du premier jeu Star Wars. Graphiquement, il tient la route. Les sprites sont réussis, les boss sont impressionnants, et on retrouve l’atmosphère du film bien retranscrite. Néanmoins, les quatre cinquièmes des stages se déroulent soit sur Hoth soit à Bespin, et la variété graphique n’est pas particulièrement le point fort de ce deuxième volet, comparé à Super Star Wars ou Super Return of the Jedi. Et puis, avec l’essentiel des décors des premiers stages constitués de blanc plus ou moins uniforme… hum… enfin, Lucasarts n’allait quand même pas transformer Hoth en jungle luxuriante juste pour le plaisir d’avoir un peu de boulot supplémentaire, pas vrai ?

Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_09.png Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_10.png
Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_12.png Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_13.png

Comme les autres épisodes de la série, la bande sonore reprend les célèbres compositions de John Williams, de même que des bruitages proches de ce qu'on entend dans le film. Rien à redire de ce côté-là. Malheureusement, les aspects plus sombres de la série font à nouveau parler d’eux sur Super The Empire Strikes Back. Les ralentissements tout d’abord : c’est vrai que Super The Empire Strikes Back livre son quota de tirs lasers en tous sens, de créatures qui attaquent en rangs serrés et d’explosions tonitruantes. Mais si cela devait se payer au prix de tels ralentissements dans l’action, il aurait sans doute été plus inspiré de revoir les ambitions du jeu légèrement à la baisse.

Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_14.png Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_15.png
Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_16.png Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_17.png

Même remarque pour la jouabilité : même lorsque le jeu ne ralentit pas, la maîtrise du jedi reste assez confuse, les sauts manquent de précision et on recule brutalement lorsqu’on encaisse un tir ennemi (c’est à dire toutes les deux secondes). Vu la solide opposition des impériaux et les actions désordonnées du personnage, on a tendance à jouer à la brute, la finesse ne s’avèrant guère payante en général. Si on ne disposait pas du moyen de récupérer de l’énergie très souvent, Super The Empire Strikes Back serait d’une difficulté insurmontable… Comme l’exige la logique de la série, Super The Empire Strikes Back propose également quelques stages utilisant le mode 7 de la Super Famicom. Le plus fameux d’entre eux est évidemment la bataille en snowspeeder, où il faut détruire un certain nombre de cibles différentes, du stormotrooper en jet-ski à l’AT-AT Walker.

Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_18.png Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_19.png

Malheureusement, cette séquence est moche, sujette à des bugs graphiques assez gênants (on voit les cibles en transparence à travers les collines et il est donc difficile d’estimer la distance qui vous sépare d’elles) et difficile à maîtriser. On se contente de tirer au petit bonheur la chance sur les cibles en espérant faire mouche. Le jeu propose également un autre court passage en snowspeeder mais cette fois sous la forme d’un shoot them up à scrolling horizontal. Là, la maniabilité est tout simplement atroce : on a l’impression de piloter une brouette ! L’autre séquence en 3D (piloter le Faucon Millenium dans un champ d’astéroïdes) est sympathique mais assez anecdotique.

Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_20.png Super_Star_Wars_-_The_Empire_Strikes_Back_21.png

En bref
Je vous renverrais bien au test de Super Star Wars ou de Super Return of the Jedi pour ne pas devoir me fouler, mais ce ne serait pas très professionnel de ma part ! Reste que Super The Empire Strikes Back ne diffère guère des autres épisodes. Il s’agit d’un jeu d’action sympathique, qui profite de l’atmosphère inimitable de Star Wars, mais dont l’animation poussive et la jouabilité imprécise viennent un peu gâcher la fête. Cet épisode permet certes de chevaucher un Taun-Taun mais les lieux visités sont moins variés que dans les deux autres jeux, et Empire Strikes Back me semble un peu moins agréable au final. Super Star Wars restait mythique et avait pour lui son statut de premier jeu Star Wars des 16-bits et Super Return of the Jedi proposait un grand choix de personnages différents et des lieux très variés. Si vous voulez vous envoyer les trois jeux d’une seule traite, Super The Empire Strikes Back est évidemment un passage obligé mais dans le cas contraire, il ne s’agit vraiment pas du meilleur jeu d’action disponible sur Super Famicom.

{xtypo_info}{mos_fb_discuss:1}{/xtypo_info}

Super Star Wars - Teikoku no Gyakushû
  Nom : Super Star Wars - Teikoku no Gyakushû

Code : SHVC-V9

Editeur : Victor/Lucas Arts

Date : 1993

Support : Cartouche

Note :
stars3.png

Lu 3785 fois Dernière modification le lundi, 01 septembre 2008 01:55

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.